Harcèlement de rue : comment Marlène Schiappa veut créer des "quartiers sans relous"

·1 min de lecture

Objectif : "des quartiers sans relous". Insultes sexistes, sifflements, gestes obscènes, avances réitérées malgré un refus... Dans un entretien paru jeudi dans le quotidien 20 Minutes, la ministre de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, explique comment elle compte mieux lutter contre le harcèlement de rue. "Un phénomène qui n'est pas juste un petit désagrément, ça mine la vie des femmes", insiste-t-elle. "On ne peut pas dire aux femmes : 'Demandez des augmentations', 'Affirmez-vous', 'Ne vous autocensurez pas' quand, en parallèle, elles sont contraintes de rentrer les épaules pendant leurs trajets quotidiens dans les transports." La ministre assure vouloir "éradiquer le harcèlement de rue" et "créer des QSR, des 'quartiers sans relous'".

Un baromètre annuel. Depuis la loi du 3 août 2018, qui pénalise "l'outrage sexiste", 3.023 verbalisations ont été dressées, indique la ministre. Un chiffre en augmentation mais qui, reconnaît-elle, ne reflète pas l'ampleur réelle du phénomène, puisqu'il s'agit de flagrant délit. C'est pourquoi Marlène Schiappa veut lancer un baromètre du harcèlement de rue, qui paraîtra pour la première fois en août prochain. Son élaboration fera intervenir le directeur général de la police nationale, le directeur général de la gendarmerie nationale, la haute fonctionnaire chargée de l'égalité des droits mais aussi le service statistique du ministère et la préfecture de police de Paris. Ils travailleront "sur la base des verbalisations, des plaintes enregistr...


Lire la suite sur LeJDD