Harcèlement à Radio France : "L'enquête a été bien faite", se félicite Jacques Vendroux

·1 min de lecture

Au mois de mars, le documentaire Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste de Marie Portolano révélait l'ampleur du harcèlement et du sexisme dont étaient victimes les femmes journalistes de sport. Plusieurs rédactions étaient mises en cause, dont le service des sports de Radio France. À l'issue d'une enquête interne, le groupe a décidé du licenciement de deux de ses collaborateurs, de trois mises à pied, ainsi que de quatre blâmes. Jacques Vendroux était l'invité de Culture Médias ce mardi matin. Le célèbre journaliste était interrogé sur les révélations mettant en cause le service des sports de Radio France, dont il a été directeur entre 2002 et 2019.

>> Retrouvez Philippe Vandel et Culture-Médias tous les jours de 9h à 11h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

"J'assume tout. J'ai été l'un des premiers directeurs des sports à faire venir beaucoup de femmes à la direction des sports du groupe Radio France. Je trouve que l'enquête qui a été faite à Radio France a été remarquablement bien faite par Sibyle Veil, la présidente de Radio France, qui s'en est mêlée directement", a-t-il expliqué au micro d'Europe 1. "Je trouve que c'est 'formidable' que ces sanctions arrivent", a-t-il ajouté.

"Je n'ai jamais été mis au courant de ces problèmes"

Dans le documentaire de Marie Portolano, le témoignage de la journaliste Amaia Cazenave mettait en cause la rédaction des sports de Raido France et celle de France Bleu Pays Basque. L'ex-directeur avait-il eu vent ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles