Harcèlement à France Télévisions : Élise Lucet témoigne sur ses débuts

Élise Lucet est devenue "une figure de l'antenne" de France 2. C'est elle-même qui le dit. Alors qu'elle présente ce mardi 19 mai, un nouveau numéro de Cash Investigation consacré aux inégalités salariales, encore fortement présentes dans certains secteurs, la journaliste de 56 ans a accepté de revenir sur sa propre expérience, dans les colonnes du Parisien. Car, en grande professionnelle, Élise Lucet n'a évidemment pas fait qu'enquêter chez les autres, elle est aussi allé voir de plus près ce qui se passait au sein de France Télévisions, le groupe pour lequel elle travaille. "Il faut savoir balayer devant notre porte, et notre journaliste a enquêté aussi sur France Télévisions, où les choses se passent plutôt bien."

Il faut dire que les choses ont bien évolué depuis son arrivée : "En 1986, les directeurs, rédacteurs en chef étaient des hommes. Les choses ont énormément changé : j'ai vu mes collègues féminines passer rédactrices en chef, devenir grands reporters et reporters de guerre. Cette génération-là a cassé les stéréotypes, ouvert la voie et marqué un tournant", a-t-elle souligné, auprès de nos confrères.

"Le harcèlement, les gestes ou paroles déplacés ne sont plus acceptables"

Mais alors que pense-t-elle du sexisme et du harcèlement sexuel chez France Télévisions, récemment évoqué par Clémentine Sarlat ? "Il existe, comme dans beaucoup de société", a déploré Elise Lucet. Pour autant, la journaliste de Cash Investigation ne cautionne en aucun cas ces comportements : "Le harcèlement,

Retrouvez cet article sur GALA

"Des manières de petit garçon pourri-gâté" : ce départ qui a mis Emmanuel Macron dans "une colère froide"
Meghan Markle et Harry : les invités de leur mariage ont dû se plier à des règles strictes
Kim Jong-un : nouvelles spéculations autour de sa mort éventuelle
VIDEO - Michel Cymes taclé par Jean-Jacques Bourdin : "Il n'est pas un spécialiste des virus !"
Agnès Buzyn ne répond plus : "C’est le Titanic, on appelle au secours et il n’y a personne"