Hapsatou Sy : cette blague de très mauvais goût de son anesthésiste le jour de son accouchement

A l'occasion d'un entretien pour nos confrères du Parisien, Hapsatou Sy s'est livré sur un moment bien difficile : une blague de très mauvais goût prononcé par son anesthésiste, le jour de son accouchement.

Cette scène restera gravée à jamais dans la tête d'Hapsatou Sy. Le 13 septembre 2018, l'animatrice est sur le plateau de Salut les Terriens. Eric Zemmour, lui aussi présent, va s'en prendre à elle : "Mademoiselle... C'est votre prénom qui est une insulte à la France, lance-t-il. La France n'est pas une terre vierge. C'est une terre avec une histoire, avec un passé. Et les prénoms incarnent l'histoire de la France". Si la scène est coupée au montage, une maquilleuse filmera le moment. La chroniqueuse diffusera alors la vidéo sur son compte Instagram et déposera plainte.

A l'occasion d'un entretien pour Le Parisien, Hapsatou Sy explique comment cette scène a marqué sa vie, jusqu'au moment de son accouchement. En effet, c'est en se livrant sur les coulisses de cette scène, qu'elle va dévoiler une blague de très mauvais goût entendue par le corps médical. "La chaîne a tronqué une large partie de cette séquence, mais a tout de même diffusé un passage dans lequel Éric Zemmour propose de me rebaptiser Corinne. Cette réplique déclenche les rires de certaines personnes dans le public. Moi-même, j'apparais sur un plan de coupe en train de rire. Et c'est ça le pire.", commence-t-elle à décrire.

Une scène surréaliste

Ce prénom, Corinne, va alors être à l'origine d'une blague :

Retrouvez cet article sur Closermag.fr

Caroline Receveur en petite tenue : ses dernières photos laissent peu de place à l'imagination
"Je ne quitte plus ma maison" : Eddy Mitchell donne de rares nouvelles
Kim Kardashian : cette vidéo vite supprimée qui intrigue
Gaëlle Pietri en difficulté : l'ex de Gaspard Ulliel partage un moment de galère
Benjamin Castaldi : ce produit dangereux qu'il a accepté de prendre pour se muscler

VIDÉO - Propos de Zemmour: "Nous regardons sous quelle forme je vais porter plainte", Hapsatou Sy