Handicap : des familles françaises obligées de se rendre en Belgique

France 3

Il y a trois ans, Céline est venue s'installer à Lille (Nord), avec ses deux fils, Nathan qui est autiste et Hugo, dyslexique. Famille, amis, travail, elle a tout laissé en Lorraine, car

la seule structure qu'elle a trouvée pour ses enfants est en Belgique. "On finance l'exil et on ne trouve rien d'adapté ici", dénonce-t-elle.

Des cours en petits groupes

Chaque jour, les deux frères vont à l'école en taxi, à une heure de route, de l'autre côté de la frontière. Dans l'établissement spécialisé, les cours se font en petit groupe. Autour des enfants, l'enseignante formée à l'autisme, une puéricultrice et une orthophoniste travaillent individuellement avec chaque enfant. Marie-Pierre suit Nathan depuis trois ans, elle mesure le chemin parcouru. Dans cette école publique, les petits Français ne sont pas des exceptions. Ils représentent 35% des élèves.

Retrouvez cet article sur Francetv info

Perdons-nous vraiment des neurones dès la fin de l’adolescence ?
Un nouveau logo nutritionnel arrive sur les aliments dès avril
Eau : les carafes filtrantes sont-elles efficaces ?
VIDEO. Regardez la météo présentée par Mélanie Ségard, une jeune femme trisomique
Trisomique, Mélanie se prépare à présenter la météo sur France 2

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages