Hand - FFHB - Élections fédérales : Feuillan et Canayer lancent la campagne

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Soutenu par Patrice Canayer, le manager du MHB, Jean-Pierre Feuillan a dévoilé son programme ce jeudi à Montpellier. Il a aussi tendu la main à Olivier Girault, l'un des trois candidats avec Philippe Bana. C'était sa première sortie véritablement officielle, sur la terre d'un de ses plus fidèles soutiens, Patrice Canayer, le manager du MHB officiellement déclaré désormais, qui a justement tenu à lever toute ambiguïté quant au mélange éventuel des genres. « J'ai un métier, a-t-il ainsi rappelé, qui me rend heureux et fier, et mon engagement est totalement bénévole, c'est d'ailleurs le plus sûr moyen d'être crédible. » lire aussi Patrice Canayer s'engage auprès de Jean-Pierre Feuillan Jean-Pierre Feuillan, l'un des trois candidats à la présidence de la Fédération Française (avec Philippe Bana et Olivier Girault) s'est donc longuement exprimé ce jeudi après-midi à Montpellier, avec un mot d'ordre, souvent martelé : « Mon objectif est de moderniser nos fonctionnements, d'élargir le projet fédéral à l'ensemble des compétences du handball français ». Après avoir évoqué les contours de son programme - « je veux donner un nouvel élan, adapter nos règlements, nos organisations et nos fonctionnements avec l'idée de décentraliser, d'optimiser la relation entre la Fédération et les territoires qui seront au coeur de notre projet » -, il s'est exprimé sur ses adversaires, et a tendu la main à Olivier Girault avec qui il « partage de nombreuses valeurs ». « Nous discutons, a-t-il dit, peut-être que l'on se rejoindra à un moment ou un autre. » Nous dirigerons-nous le 28 novembre prochain à Pau, vers un duel entre une alliance Feuillan-Girault et un Philippe Bana « qui a fait le choix de ne pas me tendre la main » ? Patrice Canayer, « On ne s'improvise pas dirigeant, mais je pourrais amener un regard neuf, voire décalé » Jean-Pierre Feuillan a, en tout cas, précisé qu'il piloterait la Fédération en duo (avec l'avocate Tatiana Vassine) en cas de victoire, et a souligné toute l'importance de ses colistiers dans son dispositif, celle de Patrice Canayer, évidemment, dont l'engagement n'est certainement pas anodin. Se verrait-il, peut-être, dans le costume du DTN ? « Ce n'est pas le sens de mon engagement », a-t-il assuré. Pourquoi, alors, se lance-t-il dans l'aventure ? « On ne s'improvise pas dirigeant, mais je pourrais amener un regard neuf, voire décalé, répond-il. Je connais Jean-Pierre depuis longtemps, nous avons joué ensemble. C'est un honnête homme, un gros travailleur. Je suis conscient que le handball entre, avec les Jeux Olympiques en France, dans une période charnière. Et ses idées de décentralisation, de rapprochement entre les mondes amateur et professionnel, de rayonnement à l'international m'ont séduit. Avec, surtout, l'idée que tous les postes seront pourvus sur les seuls critères de compétence. »