Hamon ou Macron : des ministres muets sur leurs intentions

Libération.fr

A une semaine du premier tour, les membres du gouvernement peinent à se positionner entre un candidat PS qui n’est pas sur leur ligne et l’ex-ministre de l’Economie qui tape sur le bilan.

C’est à se demander s’il ne leur a pas poussé des branchies. Ereintés par cinq ans au pouvoir qui se sont dissous dans une présidentielle folle, les membres du gouvernement jouent désormais au Monde du silence, retranchés dans les profondeurs de leurs ministères. Officiellement, la «période de réserve» qui court pendant un mois avant le premier tour vise à limiter les tentations d’utiliser son activité ministérielle à des fins électorales. Mais cette année, c’est le contraire : elle est devenue le refuge officieux de tous ceux qui ne veulent pas avoir à révéler leur bulletin du 23 avril. Voter Benoît Hamon, par loyauté et pour préparer la suite, même si le «futur désirable» du candidat devrait terminer sur l’un des pires scores socialistes de la Ve République ? Choisir Emmanuel Macron pour faire barrage au FN alors qu’à l’approche du verdict, l’ancien protégé de François Hollande tape comme un sourd sur le Président et le bilan ? Au sommet, «c’est la désolation», lâche Patrick Kanner. «Il règne au gouvernement un profond sentiment d’injustice. Personne ne défend le bilan : Hamon ne dit rien, Macron non plus», souligne le ministre des Sports.

«C’est étrange». Les situations locales des uns et des autres pèsent sur leur choix. La perspective de législatives compliquées et illisibles conduit tout le monde à la prudence. «En Conseil des ministres, on traite les dossiers en attendant la fin, mais on ne parle pas de politique, abonde un ministre. Personne ne sait ce que pense son voisin, c’est étrange.»

La seule chose qui accrédite l’idée que la fin approche, c’est la présence d’un photographe, qui immortalise les allées et venues ministérielles à l’Elysée. «J’imagine que c’est pour les archives», glisse Myriam El Khomri. Sur le perron présidentiel, Ségolène Royal préfère louer la (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Césure
Une dernière semaine à battre la campagne
Benoît Hamon «Je refuse de m’accrocher au monde ancien, je me projette»
Les Frères musulmans pour les nuls
la grande explication

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages