Hamon à Valls : «En démocratie, le respect de la parole donné, c’est important»

Libération.fr
Benoît Hamon en Martinique le 12 mars 2017.

Sur TF1, le candidat socialiste à la présidentielle a répondu au choix de l'ancien Premier ministre de ne pas lui apporter son parrainage.

Benoît Hamon contre-attaque. S’invitant ce mardi soir au 20 heures de TF1 alors que Manuel Valls réunissait ses soutiens à l’Assemblée nationale au même moment, le candidat socialiste a pris l’ex-Premier ministre sur ses fondamentaux : celui du «respect de la parole donné» et de la lutte contre le Front National. Valls décide de ne pas lui accorder son parrainage alors qu’il avait jusqu’ici accepté les règles de la primaire organisée par le PS en janvier? La riposte de Hamon est rude : «En démocratie, le respect de la parole donné, c’est important. En démocratie, le respect de l’issue du scrutin c’est important. Sinon, comment lutter efficacement contre toutes celles et ceux qui mettent en cause la démocratie? Comment lutter efficacement contre le Front National quand, justement, soi-même, on ne respecte pas le verdict des urnes?»

La charge est censée contrer les déclarations de dirigeants de l’aile droite du parti en faveur d’Emmanuel Macron qui, depuis des jours, pourrissent sa campagne. Même si «ça (lui) coûte de dire ça», Hamon se permet au passage un petit rappel à Valls : «Alain Juppé n’a pas hésité à parrainer François Fillon en dépit du gouffre qui les sépare». Manière pour le député des Yvelines d’attaquer son ex-concurrent sur un autre de ses fondamentaux sur lequel il avait pourtant fait sa marque de fabrique dans la primaire : sa stature d’homme d’Etat.

«Je ne me sens pas trahi»

Pour autant, jure Hamon : «Je ne me sens pas trahi. Mais sans doute les électeurs de la primaire se sentent-ils aujourd’hui trahis». Le candidat socialiste en appelle donc à ces «Français de gauche» qui veulent «tourner la page» à «submerger les petits calculs. Submerger ceux qui pensent au coup d’après». Pris à son tour dans l’étau du vote utile pro-Macron, il répond : «Moi je n’appelle pas à voter contre eux. J’appelle à voter pour mon (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Désintox
Macron dans ses habits de ministre scruté par la justice
Affaires : demandez le programme
Fillon mis en examen, le show continue
Manif des pompiers à Paris : « Il y a de plus en plus de pression dans les casernes»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages