Hamilton déplore une chaleur "dure" pour les pilotes et les pneus

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

Les Mercedes ont signé les deux meilleurs temps de chacune des deux séances d'essais du jour à Barcelone, à chaque fois avec près d'une seconde d'avance sur la Red Bull de Max Verstappen, mais l'écurie à l'étoile sait désormais que la gestion des pneus est son talon d'Achille, après avoir connu des problèmes liés aux gommes lors des deux courses disputées à Silverstone.

Or, la température ambiante maximale va avoisiner 30°C tout au long de ce week-end, avec un mercure qui frôlait les 50°C sur la piste cet après-midi, ce qui ne va pas faciliter les choses. De surcroît, Lewis Hamilton se méfie du rythme de course affiché par Verstappen.

Lire aussi:

EL1 - Les Mercedes de Bottas et Hamilton sur leur planète EL2 - Hamilton en tête, Grosjean dans le top 5

"C'est vraiment assez dur en piste", commente le Britannique. "Ça n'a jamais été si chaud. Je ne pense pas avoir été en Espagne par une telle chaleur. Normalement, on y est en février et en mars, ou début mai. Il fait beau, mais c'est super dur dans la voiture, et c'est dur pour les pneus aussi. Cependant, la journée s'est bien passé. La seconde séance en particulier a été meilleure pour moi, et sur les longs relais, nous avons l'air très proches de la Red Bull, donc je pense que la course va être vraiment serrée."

"La température va certainement masquer" les progrès réalisés sur la Mercedes W11 depuis les tests de pré-saison, estime par ailleurs Hamilton. "Les pneus n'aiment pas ces conditions, donc on est juste en glissade avec des pneus qui surchauffent."

Lors du Grand Prix du 70e Anniversaire, les Mercedes avaient vu des cloques se former sur leurs pneus en course, ce qui avait fini par leur coûter la victoire face à Verstappen, alors que le problème ne s'était pas présenté en essais libres. Là encore, à Barcelone, le vendredi s'est bien passé, mais logiquement, Hamilton se méfie.

"Je n'ai pas vu de cloques, mais nous n'en voyions pas vendredi dernier non plus. Je ne peux vraiment pas trop en dire. Ça avait l'air d'aller. Nous sommes sur le point de faire un débriefing, donc je vais découvrir où nous nous situons à cet égard. Le long relais n'avait pas l'air si mauvais. Je ne sais pas à quel point nous pouvons tenir par rapport à Red Bull. C'est ce qui va définir si nous ferons un ou deux arrêts ce week-end", conclut le sextuple Champion du monde.