Halte aux rhinoplasties inutiles : les selfies grossissent le nez, c’est prouvé

Libération.fr
Extrait de l'étude de la revue Jama Facial Plastic Surgery sur la déformation d'un visage sur les selfies.

Deux chercheurs viennent de réaliser un modèle mathématique prouvant que les «égoportraits» déforment notre nez à l'image.

Là, moi devant le Golden Gate de San Francisco, là, c’est moi à la plage, là c’est moi devant le four micro-ondes de la cafétéria : les prétextes pour faire des selfies sont nombreux, et des milliards d’égoportraits – leur petit nom canadien – sont pris, envoyés ou publiés sur les réseaux sociaux chaque jour. Attention cependant à ne pas confondre selfie et miroir.

De plus en plus de chirurgiens plasticiens déplorent l’attitude de certains patients qui viennent les voir, smartphone en main, en expliquant que sur leurs selfies, leur visage et notamment leur nez, ne leur convient pas. «Les demandes de rhinoplastie sont en pleine augmentation, les patients de plus en plus jeunes. Ils veulent afficher une bonne image sur les réseaux sociaux, être séduisant sur les selfies», témoigne un chirurgien plasticien de la clinique Jules Verne, à Nantes.

Seulement voilà, les selfies déforment notre visage et ne représentent pas la réalité. Pour le prouver, deux chercheurs américains ont eu l’idée de développer un modèle mathématique permettant de quantifier les déformations engendrées par ces égoportraits. Leurs résultats sont publiés dans la revue JAMA Facial Plastic Surgery.

Does This Selfie Make My Nose Look Big?
When taken at 12 in away and keeping the bizygomatic breadth constant, selfies increase nasal size by 30% in males and 29% in females compared with an orthographic projectionhttps://t.co/e2s7kBW6tF #SelfieMed pic.twitter.com/e6Fjpn8yai

— JAMAFacialPlastic (@JAMAFacial) 3 mars 2018

Boris Paskhover et Ohad Fried ont d’abord réalisé des mesures sur des visages d’individus de différentes ethnies. Ils se sont notamment intéressés à la distance entre les pommettes ainsi qu’à la largeur de la base et du bout du nez. Grâce à ces mesures, les chercheurs ont obtenu les caractéristiques moyennes d’un visage masculin et d’un visage féminin.

Ils ont ensuite (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Des bactéries terrestres montrent que la vie est possible ailleurs
On a retrouvé la lumière des premières étoiles
Pesticides «tueurs d'abeilles» : «Ils n'augmentent pas les rendements agricoles et ont des effets catastrophiques»
Ancêtres des chevaux domestiques, chimères homme-mouton et baleine Pac-Man
Les Néandertaliens, artistes bien longtemps avant homo sapiens ?