Hafsia Herzi condamnée pour avoir traité un chauffeur VTC de « sale Arabe »

Aziz Zemouri

L'actrice française Hafsia Herzi.

INFO LE POINT. La comédienne a été reconnue coupable d'injure à caractère racial par la cour d'appel de Paris. Elle écope d'une amende de 500 euros.


L'actrice était accusée par un chauffeur VTC de l'avoir traité de « sale Arabe » lors d'une course à Paris en 2017. Hafsia Herzi a été relaxée en première instance, mais le parquet a fait appel de la décision. La cour d'appel de Paris vient de rendre son arrêt : Hafsia Herzi est reconnue coupable d'injure non publique à caractère racial.

« C'est une victoire importante pour mon client et au-delà, estime Me Guillaume Mestre, avocat au barreau de Senlis. On ne peut pas user d'injure raciste quelle que soit l'origine du mis en cause. »

Lire aussi "Sex Doll" : Hafsia Herzi, à corps perdu

Présente à l'audience, la comédienne a reconnu avoir tenu de tels propos tout en accusant le chauffeur de s'être lancé dans cette procédure uniquement « pour l'argent ». Hafsia Herzi devra s'acquitter d'une amende de 500 euros au titre du préjudice moral et d'une amende de 800 euros avec sursis. Selon l'avocat du conducteur VTC, « on est dans la moyenne des sanctions pour une infraction qui ressort du tribunal d'instance ». De son côté, Me Jérémy Assous, l'avocat de la comédienne, assure qu'il va se pourvoir en cassation.

En fait, je devais l'emmener chez elle, puis attendre qu'elle se change

Le 29 novembre 2017, la maison de production qui emploie la comédienne franco-tuniso-algérienne commande un VTC pour une course à Paris. Mais lorsque le chauffeur prend la jeune femme en charge, elle lui indique une destination en banlieue parisienne. Il refuse. « En fait, je devais l'emmener chez elle (à Paris), puis attendre qu'elle se change et la conduire ensuite en banlieue », raconte le conducteur, qui assure avoir accepté la course nocturne parce qu'il se trouvait sur l'itinéraire de son domicile et qu'il terminait son service.

Le (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Un Arabe peut-il traiter un Arabe de « sale Arabe » ? Deuxième acte
Un étudiant en école de commerce met fin à ses jours près de Bordeaux
À Aulnay, un molosse défraye la rubrique des chiens écrasés
Recevez la newsletter Le Point.fr