Habitations : Les assureurs revoient le coût de la sécheresse 2022 à la hausse

Climat - Les dégâts devraient coûter entre 1,9 et 2,8 milliards d’euros en 2022, contre une estimation allant de 1,6 à 2,4 milliards précédemment

Comme le niveau de l’eau dans le monde, le coût des dégâts aux bâtiments dus aux épisodes de sécheresse monte. En 2022, ils devraient coûter entre 1,9 et 2,8 milliards d’euros, contre une estimation allant de 1,6 à 2,4 milliards précédemment, selon les chiffres diffusés ce lundi par France Assureurs, la fédération de la profession.

A moins d’être dans le bas de la fourchette, la sécheresse de cet été devrait donc dépasser celle de 2003, avec ses 2,12 milliards d’euros de sinistres enregistrés, un record depuis la création du régime « Catastrophes naturelles » en 1982. Cette estimation ne comprend que les dommages situés dans des communes dont l’état de catastrophe naturelle sera reconnu, et qui seront ensuite bel et bien considérées comme consécutives à la sécheresse. Elle ne prend pas en compte les dommages aux récoltes, qui seront pris en charge par une assurance spécifique.

Des fondations déstabilisées

La sécheresse, en succédant à une période d’humidification, alimente le phénomène de retrait-gonflement des sols argileux (RGA) qui touche une bonne moitié du territoire métropolitain, et se traduit par des mouvements de terrain de nature à déstabiliser les fondations des maisons. Ce péril « est à la fois le plus dynamique en matière de développement, nota(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
COP27 : Lancement d’une « alliance » de 25 pays « pour la résilience face à la sécheresse »
Changement climatique : Un rapport de l’ONU pointe l’accélération du réchauffement à l’ouverture de la COP27
Un Français sur deux déclare subir les conséquences du réchauffement climatique
Languedoc : Des vignerons testent des cépages plus résistants à la sécheresse et moins gourmands en eau