Habitat indigne : "Si on laisse les villes toutes seules, elles ne seront pas capables de suivre", alerte le maire de Saint-Denis

Grégoire Lecalot
Un permis de louer permet aux communes de lutter contre l'insalubrité des logements, mais sa mise en œuvre coûte cher, met en garde Laurent Russier, qui demande le soutien de l'État.


La lutte contre les habitations insalubres peut passer par le permis de louer, un outil à disposition des communes, mais qui demande un investissement, prévient Laurent Russier, le maire de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Sa commune est confrontée à plusieurs milliers de logements indignes.

Un examen professionnalisé des logements

Dans cette rue du centre de Saint-Denis, le numéro 8 a connu des jours meilleurs. La façade du bâtiment inspecté par une équipe municipale est décrépite, des fenêtres ne ferment plus. Dans la cour intérieure, c’est encore pire. "Là, il y a des problèmes de canalisation. Sans doute cela a-t-il affecté les murs porteurs. Ce sont des eaux usées, cela voit avec les champignons et la couleur", constate Jérémy Pérette, de l’Unité habitat de Saint-Denis.


Le long de la façade intérieure, la canalisation verte de moisissures dégouline sur toute la hauteur. Dans la cour, une tranchée balafre le pavé. Un ballon indique que des enfants jouent là. À l’intérieur, Brahim Dandoun et Maryse Thomas, de la mission saturnisme, examinent le mur de la cage d’escalier. Dans les bâtiments construits avant 1949, il y énormément de plomb dans les peintures, selon (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi