Habitat : les avantages de la colocation entre jeunes et seniors

La colocation de Paule, retraitée de 93 ans, et de Pablo, étudiant de 28 ans, est atypique. “C’est comme mon petit-fils, si je pouvais l’embrasser, malgré le Covid, je le ferais”, sourit Paule. Cette relation d’affection a débuté par un échange de bons procédés. Pablo participe aux tâches ménagères et rends quelques services, en contrepartie, il bénéficie d’un loyer de 50 euros par mois. “C’est une participation, ce n’est pas un loyer, donc il n’y a pas de point de comparaison avec un logement étudiant”, explique l’étudiant mexicain. Après avoir perdu son mari, Paule ne tenait pas à rester seule dans cette grande maison. Une association locale les a mis en contact. Le jeune homme a sa chambre, sa salle de bain, et un contact humain qui était bienvenu pendant le confinement.Un choix financier et humain Enzo et Wang, deux jeunes étudiants, vivent dans une résidence pour personnes âgées pour 30 euros par mois, et connaissent tous les locataires. Ils ont pour mission d'accompagner ces seniors au quotidien, des petits services aux ateliers et animations, le soir après les cours. “Je suis là pour les courses, s’ils ont besoin d’un rendez-vous chez le médecin, ou pour appeler le taxi”, énumère Enzo. Un rayon de soleil pour les résidents. Ils sont aussi rémunérés pour leur présence la nuit et un week-end sur deux. Un choix financier mais aussi humain.