Haïti: trois otages turques libérées après avoir été enlevées par le gang des «400 Mawozo»

Le quotidien en Haïti reste marqué par l’insécurité des gangs : les enlèvements sont courants dans le pays et principalement à Port-au-Prince. C’est dans ce contexte sécuritaire très tendu que mardi, trois des huit citoyens turcs qui sont retenus otages depuis près d’un mois, ont été libérés.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Il s’agit des trois jeunes femmes du groupe de huit ressortissants turcs enlevés alors qu’ils voyageaient en bus depuis Santo Domingo vers Port-au-Prince. C’est une représentante de la compagnie de transport qui a confirmé leur libération. Elles ont été « libérées ce week-end pour raison de santé, parce qu’elles étaient malades ».

Véhicule détourné

Le 8 mai, le puissant gang des « 400 Mawozo » a détourné le véhicule où se trouvait un total de douze personnes, dont ces jeunes Turcs, âgés de 20 à 26 ans. Les deux employés de la compagnie de bus, l’hôtesse haïtienne et le chauffeur dominicain avaient été relâchés moins d’une semaine après leur rapt. Les deux autres passagers, des citoyens haïtiens, l’ont été par la suite, après que leurs familles aient payé une rançon, dont le montant n’a pas été rendu public. Aujourd’hui, les ravisseurs ont donc encore entre leurs mains les cinq jeunes hommes turcs.

Terreur des enlèvements

Depuis près de deux ans déjà, Haïti vit dans cette terreur des enlèvements et ce phénomène connaît une recrudescence effrénée. Pour le seul mois de mai, l’ONU a recensé au moins 200 enlèvements à travers le pays, principalement dans la capitale.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles