Haïti: nouvelle aide canadienne et sanctions contre l'ancien président Martelly

Reuters/Swoan Parker

Ce 20 novembre, le Canada a annoncé une nouvelle aide pour Haïti ainsi que la mise en place de sanctions contre l'ancien président haïtien Michel Joseph Martelly et les deux ex-Premiers ministres Laurent Lamothe et Jean-Henry Céant, accusés de profiter du travail des gangs armés.

Selon l’administration canadienne, ces personnes fournissent un soutien financier aux gangs armés qui terrorisent la population haïtienne. L’annonce de ces sanctions s’ajoute à d’autres déjà prises la semaine dernière contre des ministres en exercice, le président du Sénat, des anciens parlementaires et des chefs de gangs. En Haïti, ces sanctions sont accueillies par la population comme une lueur d’espoir.

La nouvelle est tombée comme un coup de tonnerre en Haïti. L’euphorie est presque sur tous les visages. Au micro de notre correspondant, Paul Ronel, Odiel Petit-Frere n’a pas de mot pour exprimer sa joie : « Je dois dire que lorsque j'ai entendu la nouvelle, je me suis senti comme la terre sèche au moment où la pluie tombe. Et puis même si ce n'était pas officiel, c'est des choses que nous savions déjà. Aujourd’hui, personne ne peut le nier, surtout pas Michel Marthelly. C’est le chef de gang le plus puissant en Haïti. »

« La population doit se soulever »

Cimé Noel n’est pas en reste. Il dit avoir eu la chair de poule après avoir été informé de ces nouvelles sanctions. Pour lui, les personnes ciblées méritent d’être immédiatement chassées du pays :