En Haïti, le nombre de déplacés enregistre une hausse de 60 % en trois mois

En Haïti, près de 600 000 personnes sont déplacées en raison de la violence des gangs, a averti mardi l'Organisation internationale pour les migrations, soulignant que leur nombre a bondi de 60 % au cours des trois derniers mois.

La catastrophe humanitaire s'aggrave en Haïti, ravagé par la violence des gangs. Le nombre de déplacés internes a augmenté de 60 % depuis mars en raison de l'intensification des attaques et saccages, atteignant désormais un total de près de 600 000 personnes, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

"Les chiffres que nous voyons aujourd'hui sont une conséquence directe d'années de violences qui s'envolent – ayant atteint un nouveau pic en février – et de leurs impacts humanitaires catastrophiques", a commenté dans un communiqué Philippe Branchat, chef de cette organisation onusienne en Haïti.

"La crise sans fin en Haïti force de plus en plus de gens à fuir leur maison et à tout abandonner derrière eux. Ce ne sont pas des décisions prises à la légère. Et pire : pour beaucoup, ce n'est pas la première fois", a-t-il ajouté.

Selon les données de l'OIM publiées mardi, le pays compte désormais 578 074 déplacés, contre 362 551 début mars, pour un total de plus de 10 millions d'habitants.

Alors que le premier semestre de 2024 n'est pas encore terminé, le nombre de déplacés cette année "est déjà presque identique que le nombre de déplacés" en 2023, soulignant l'aggravation de la situation sécuritaire, note le rapport.

Exode massif de la capitale

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Un nouveau gouvernement nommé en Haïti pour tenter de sortir de la crise
Haïti : investi Premier ministre, Garry Conille appelle à "se mettre au travail"
Haïti : comment éradiquer les gangs ?