Publicité

Haïti: janvier 2024, le mois «le plus violent depuis plus de deux ans»

En Haïti, le mois de janvier 2024 a été « le plus violent depuis plus de deux ans », a indiqué vendredi 9 février le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme à Genève.

« La situation déjà désastreuse des droits humains s'est encore détériorée, dans un contexte de violence incessante et croissante des gangs, avec des conséquences désastreuses pour les Haïtiens », a dénoncé, dans un communiqué, le Haut-Commissaire aux droits de l'homme, Volker Türk. Au moins 806 personnes ont été tuées, blessées ou kidnappées en janvier 2024, et quelque 300 membres de gangs ont également été tués ou blessés, soit un total de 1 108 personnes, trois fois le nombre enregistré en janvier 2023, précise le Haut-Commissariat.

Mettre un terme à « la souffrance du peuple »

C'est dans ce contexte de violences que la Conférence des évêques catholiques d’Haïti appelle les autorités à mettre immédiatement un terme à « la souffrance du peuple ». Quel rôle l'Église catholique peut-elle jouer ? Pour monseigneur Jean Dénisord, évêque de Hinche, « l’Église a un poids, c’est un fait. Parce que, non seulement il y a les fidèles comme population, mais il y a aussi d'autres communautés qui ne sont pas forcément catholiques, qui reconnaissent aussi tout ce que l'Église apporte à cette communauté. »

(Avec AFP)

DécryptageHaïti : la spirale du chaos


Lire la suite sur RFI