Haïti: les enfants particulièrement exposés à l'épidémie de choléra

AP - Odelyn Joseph

Le choléra a fait son retour en Haïti début octobre, après trois ans de répit. Après l'introduction de la bactérie par des Casques bleus en 2010, une épidémie de choléra avait sévi jusqu'en 2019, faisant plus de 10.000 morts. Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, 135 malades sont décédés. Et les enfants sont particulièrement vulnérables.

À Kenscoff, commune située à une vingtaine de kilomètres de Port-au-Prince, le choléra prend des proportions alarmantes, déplore son maire qui déplore déjà la mort d'au moins 25 administrés. L’épidémie a commencé à se propager dans la commune après les troubles sociaux du mois de septembre dernier. Plusieurs sections communales sont touchées par cette maladie contagieuse.

Pour Massillon Jean, la situation est particulièrement critique dans la localité de Bellefontaine. « La situation est très compliquée. On a déjà recensé plus d’une centaine de cas suspects et enregistré 25 morts dans la commune. Des cinq sections communales, Bellefontaine est la plus touchée avec 17 morts. La situation s’est détériorée en raison du manque d’information de la population. Des problèmes liés aux infrastructures routières empêchent l’intervention immédiate dans les zones reculées. »

Face à la flambée des cas de choléra, plusieurs actions ont été prises. « Une cellule de gestion du choléra est déjà en place dans la commune. Cette cellule est composée des représentants de la mairie, de la protection civile et des agents de santé communautaire. Nous avons aussi mis en place, de concert avec les agents de santé de la commune, des comités locaux de protection civile dans les sections communales. Ce qui nous permet de distribuer des kits sanitaires et hygiéniques dans la commune. »


Lire la suite sur RFI