Haïti: au moins 75 morts après les affrontements entre gangs près de Port-au-Prince

Un calme apparent est revenu dans la banlieue nord de Port-au-Prince. Au cours des deux dernières semaines, deux gangs s’y sont violemment affrontés créant la panique et la fuite d’au moins 9 000 habitants. Il est encore impossible pour des raisons sécuritaires de se rendre dans certains quartiers de la zone, mais le bilan partiel de cette guerre entre bandes est déjà lourd côté civils : au moins 75 personnes y ont été tuées depuis le 24 avril.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince

Des femmes et des enfants figurent parmi ces nombreuses victimes et à ces 75 morts, s’ajoutent au moins 68 personnes blessées. Pour fournir ce nouveau bilan vendredi, l’ONU déclare avoir recoupé plusieurs sources, preuve des difficultés à se rendre sur les lieux des affrontements pour enquêter.

L’organisation internationale a exprimé sa vive préoccupation face à ce qu’elle appelle « une rapide détérioration de la situation sécuritaire ». Un vocabulaire diplomatique qui masque l’horreur vécue pendant des jours par les habitants de la plaine de Port-au-Prince.

Des viols collectifs sur mineurs

Des sources locales ont fait remonter l’existence de crimes sexuels, y compris des viols collectifs sur des enfants âgés d’à peine 10 ans, des crimes que les gangs auraient commis pour terroriser et intimider les populations locales qui vivent dans des zones contrôlées par des bandes rivales.

L’ONU a publié ce communiqué alors que les Haïtiens reprochent à la communauté internationale son inaction face au développement des gangs ces derniers mois. Depuis le début de cette flambée de violences dans la banlieue nord, le 24 avril, le gouvernement haïtien ne s’est pas encore exprimé sur cette situation.

►À lire aussi : L’inquiétude monte chez les déplacés, de plus en plus nombreux dû aux gangs

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles