En Haïti, plus de 53 000 personnes ont fui la capitale Port-au-Prince en mars

Une étude menée par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Haïti révèle que 53 125 personnes ont fui la capitale Port-au-Prince en mars. Huit personnes sur dix sont parties en raison des violences des gangs.

En Haïti, plus de 53 000 personnes ont fui Port-au-Prince entre le 8 et le 27 mars, dans leur immense majorité pour échapper à la violence des gangs qui ravagent la capitale haïtienne, a indiqué mardi 2 avril l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

"En plus de créer des déplacements à l'intérieur de la ZMPP (Zone métropolitaine de Port-au-Prince), les attaques et l'insécurité généralisée poussent de plus en plus de personnes à quitter la capitale pour trouver refuge dans les provinces, en prenant les risques de passer par des routes contrôlées par des gangs", note l'OIM.

À lire aussiLa démission d'Ariel Henry peut-elle remédier au chaos en Haïti ?

L'organisation a lancé une collecte de données pour pouvoir mieux appréhender le phénomène et allouer les moyens nécessaire là où les besoins sont les plus pressants.

Les premières conclusions de cette étude révèlent que 53 125 personnes ont quitté la zone métropolitaine lors de la période sous revue, dont 61 % se sont rendues dans les départements du Grand Sud.

Volonté de rester dans le pays

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Haïti : 243 personnes évacuées vers la Martinique, dont une majorité de Français
Les Nations unies alertent sur une situation "cataclysmique" à Haïti
Haïti : des ressortissants français et étrangers évacués par l'armée française vers la Martinique