Haïti: à Port-au-Prince, des produits de première nécessité se font rares sur les marchés

À Port-au-Prince, la tension liée à l’augmentation des prix de l’essence fait grimper les prix des produits de première nécessité alors que certains d’entre eux se font rares sur le marché. Il devient de plus en plus difficile pour les familles déjà éprouvées par une inflation qui a atteint en août dernier 29% de se nourrir. Commerçantes et commerçants se plaignent de cette situation. Visite de certains marchés publics de la zone métropolitaine.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Marie André Bélange

Dans ce marché public au cœur de Port-au-Prince, hormis les marchands ambulants qui font le va-et-vient, l’ambiance bruyante qui règne habituellement n’est pas vraiment au rendez-vous. Il manque beaucoup d’acheteurs. Huile, riz et farine de blé ont augmenté pendant les mouvements de protestation ces derniers jours, rapporte Marcelin, marchand de produits alimentaires : « Par exemple, la petite marmite de riz local se vend désormais à 200 gourdes contre 150 gourdes. Les gens ne peuvent plus acheter. Ils sont obligés de partir. On ne fait qu’enregistrer des pertes. »

►À lire aussi : Émeutes en Haïti: vives réactions de la population après l’intervention du Premier ministre

Une énorme insécurité alimentaire

Aujourd’hui, 5,6 millions de Haïtiens se trouvent en insécurité alimentaire, selon l’ONU. Avec l’augmentation des prix des produits de première nécessité, ce nombre risque de s'accroître si les autorités haïtiennes ne font rien pour remédier à cette situation.


Lire la suite sur RFI