Hôtellerie : Google condamné pour sa notation par étoile des hôtels français

À la suite de plaintes de nombreux hôteliers, Google, qui établit son classement en fonction des notes des consommateurs, va devoir verser plus d’un million d’euros dans le cadre d’une transaction pénale. L’hôtel France Albion à Paris était jusqu’ici affiché comme un établissement à quatre étoiles sur Google, au lieu d’un hôtel de tourisme deux étoiles. "Je suis un deux étoiles. Un client qui voit ça et se dit : 'tiens, super je vais dans un quatre étoiles (…)'. Quand il arrive… Je suis loin d’être un quatre étoiles", explique Fabienne Ardouin, directrice de l’hôtel. Des critères bien précis L’attribution des étoiles se fait selon des critères bien précis, comme la superficie de la chambre, la disposition de sa salle de bain ou bien la qualité des équipements. En tout, 250 critères sont passés au crible. Le classement par étoile que Google applique partout est néanmoins toujours visible en première ligne, avec, en dessous, le véritable classement de l’hôtel. "C’est un peu comme les contrats d’assurance, c’est la petite ligne qui fait la différence, mais les clients n’y font pas attention", estime Didier Chenet, président du syndicat des indépendants hôtellerie et restauration. Cette guerre des étoiles commencée il y a plus de dix ans entre Google et la profession n’est donc pas terminée.