Un hôtel de luxe ouvre ses portes exclusivement… aux dromadaires

·1 min de lecture
Cet hôtel a été mis en place dans le cadre du festival de chameaux du roi Salmane ben Abdelaziz al-Saoud.
Cet hôtel a été mis en place dans le cadre du festival de chameaux du roi Salmane ben Abdelaziz al-Saoud.

Un « hôtel » à 100 euros la nuit pour une clientèle très particulière : en plein désert saoudien, un centre temporaire offre nuitées et services aux petits soins à des chameaux de compétition, un animal vénéré dans le riche royaume pétrolier du Golfe. À Rumah, à un peu plus d?une centaine de kilomètres au nord-est de la capitale Riyad, le chameau d?Omair al-Qahtani a eu droit, durant deux semaines, au nettoyage, à la tonte, au chauffage ou encore à du lait chaud, au c?ur d?une interminable étendue de sable rouge.

Le centre a ouvert ses portes dans le cadre du très prestigieux festival de chameaux du roi Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, de décembre à janvier, où des prix d?une valeur pouvant atteindre un total d?environ 60 millions d?euros sont remis lors de concours de beauté. « C?est très confortable. Mon chameau bénéficie de soins et d?un suivi médical régulier », raconte à l?Agence France-Presse Omair al-Qahtani, un homme d?affaires de Riyad âgé de 51 ans. Selon lui, ce séjour lui coûtera au total entre 140 000 et 190 000 euros.

À LIRE AUSSIMort à l?improviste ? Le dromadaire rancunier

Passionné de chameaux depuis longtemps, Omair al-Qahtani se souvient d?une époque où les participants du festival devaient installer des tentes et s?occuper eux-mêmes de leurs camélidés. Dans l?hôtel de quelque 120 enclos en plein air, simples ou doubles, une cinquantaine de travailleurs se plient en quatre pour choyer et nourrir tous les chameaux. Selon Mohammed al-Harbi, re [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles