Hôpitaux publics et cliniques privées : un même combat face au Covid-19

Tout le corps d'un homme de 77 ans est ausculté. Chaque matin, les mêmes gestes minutieux. Depuis une semaine, le patient Covid+ dont il est question est intubé en réanimation. À ses côtés, un médecin et une infirmière sont présents. Cette dernière est la seule intermédiaire entre le patient et sa famille. L'extubation est envisagée. Voilà peut-être la fin d'un long calvaire pour cet homme. Des patients pris en charge dans des structures privées Nous ne sommes pas dans un hôpital public, mais dans une clinique privée située près de Toulouse (Haute-Garonne). Elle aussi est en première ligne face à la crise sanitaire et a accueilli, la semaine passée, deux patients en provenance d'un hôpital public surchargé de Lille (Nord). Le directeur suit leur état de santé avec attention. L'Agence régionale de santé (ARS) l'organise cette coordination à l'échelle nationale. En Occitanie, un tiers des patients en réanimation sont pris en charge dans des structures privées.