Hôpitaux parisiens sous pression : Gilles Pialoux critique des choix politiques faits aux dépens du scientifique

·1 min de lecture

Près de 1.500 patients en réanimation. La situation épidémique dans les hôpitaux d'Ile-de-France fait toujours l'objet de grandes inquiétudes. Le professeur Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital Tenon de Paris a tiré la sonnette d'alarme mardi matin sur France Inter, décrivant l'afflux massif de malades auquel les établissements devaient faire face. Avec un taux d'incidence de 640 cas pour 100.000 habitants, l'Ile-de-France est l'une des régions les plus touchées par le Covid-19. Les hôpitaux comptent près de 1.500 patients touchés par la maladie en réanimation. "A l'échelle de mon hôpital, les mesures de freinage n'ont quasiment aucun effet", a déploré le professeur, critiquant le confinement local plutôt lâche adopté par les autorités.

Lire aussi - Le pic de la deuxième vague dépassé : les soignants face à l'urgence, l'heure du choix pour l'exécutif

Le pic de la première vague dépassé quoiqu'il arrive ? Mais ce sont surtout les projections qui affolent les médecins. "Les semaines qui vont s’écouler sont déjà écrites", soupire Gilles Pialoux. Le médecin a participé à une réunion de crise qui s'est tenue le 27 mars à l'AP-HP pour préparer le difficile mois d'avril à venir. Selon les estimations, le nombre de malades en réanimation est amené à exploser dans les prochains jours quelles que soient les mesures restrictives prises par le gouvernement. Ainsi, si un confinement strict entrait en vigueur le 1er avril, un pic pourrait êt...


Lire la suite sur LeJDD