Hôpital : sous tension, les services de réanimation ont besoin d'une réforme

Les services de réanimation sont plus que jamais sous pression en France. Dans son dernier rapport, la Cour des comptes s'inquiète de leur avenir, et demande une réforme du système. Parmi les préconisations, on retrouve la nécessité de former les infirmières et infirmiers, car aujourd'hui encore, beaucoup apprennent sur le tas. "On a vraiment beaucoup de responsabilités, le pronostic vital est souvent engagé, donc ça demande des compétences assez spécifiques", explique Hadrien Dirat, infirmier en réanimation à l'hôpital Claude-Galien (Ramsay-Générale de Santé), dans l'Essonne.Une formation sur le tas insuffisante Il faut à peu près un an pour qu'un infirmier soit "à l'aise" en réanimation. Cela demande du temps pour être prêt, et pourtant cette spécialisation n'a pas de formation spécifique autre que celle sur le terrain. Or, il manque des infirmiers en réanimation, alors qu'il en faudrait cinq par nuit, c'est ce qui rend compliqué l'extension de la capacité. "On peut le faire, si ce n'est qu'avoir des lits (en plus). Mais avec du personnel non qualifié, ce n'est pas possible. Pas du personnel formé sur le tas en 15 jours ou un mois, ça on le sait, c'est un échec total", explique le Dr Riad Chelha, médecin réanimateur.