Hôpital public : le plan d'Emmanuel Macron pour calmer la colère

Des centaines de pancartes sont brandies par des milliers de soignants à bout de souffle. Internes, ambulanciers, pédiatres, médecins... Tous les métiers de l'hôpital public ont défilé ensemble, jeudi 14 novembre. Dans le cortège, tous décrivent un quotidien éreintant. Tiphaine Morvan est infirmière. Il y a quatre ans, elle a décidé d'exercer à l'hôpital public. Sa vocation a été mise à rude épreuve. Un jour, elle a songé à jeter l'éponge.Promesses d'investissementsMême désarroi pour Yann Parc, chirurgien. Dans son service, faute de personnel, il a fallu réduire le nombre d'opérations. "Beaucoup de praticiens préfèrent partir, parce qu'ils trouvent moins de difficultés (...) dans le privé", déplore-t-il. Avant même la fin de la manifestation, Emmanuel Macron, en visite à Épernay (Marne), a répondu aux revendications et promis des investissements. Des annonces accueillies avec prudence par le collectif Inter-Hôpitaux. Le montant de ces investissements sera connu mercredi 20 novembre. Édouard Philippe annoncera le détail des mesures à l'issue du Conseil des ministres.