Le héros de "Hotel Rwanda", Paul Rusesabagina, condamné à 25 ans de prison pour "terrorisme"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Paul Rusesabagina,  le héros de "Hotel Rwanda" a été condamné lundi à 25 ans de prison pour "terrorisme", au terme d'un procès qualifié de "politique" par ses soutiens.

Paul Rusesabagina, ancien hôtelier dont l'histoire a inspiré le film "Hotel Rwanda" et devenu un féroce critique du président Paul Kagame, a été condamné lundi à 25 ans de prison pour "terrorisme", au terme d'un procès qualifié de "politique" par ses soutiens. L'ancien directeur de l'Hôtel des Mille Collines à Kigali, connu pour avoir permis le sauvetage de plus d'un millier de personnes durant le génocide de 1994, a été reconnu coupable "d'avoir fondé et d'appartenir" au Front de libération nationale (FLN), groupe rebelle accusé d'avoir mené des attaques meurtrières au Rwanda en 2018 et 2019.

Lire aussi : Rwanda, le héros est en prison

La prison à vie avait été requise contre lui mais le tribunal a décidé "de réduire sa peine à 25 ans", a déclaré la juge Beatrice Mukamurenzi, soulignant que M. Rusesabagina "a reconnu certains des crimes et s'en est excusé" et qu'il s'agit de sa première condamnation.

Il s'agit de la peine la plus lourde prononcée lors de ce procès. Les 20 autres accusés ont écopé de peines allant de 3 à 20 ans.

Ni Rusesabagina, qui a 30 jours pour faire appel, ni ses avocats n'étaient présents à la lecture du verdict. Ils ont boycotté les audiences depuis mars, dénonçant un procès "politique" rendu possible par son "enlèvement" organisé par les autorités rwandaises, ainsi que des mauvais traitements en détention. Sa fille adoptive Carine Kanimba a déploré auprès de l'AFP un verdict "décidé" par le président Paul Kagame, qu'elle accuse d'avoir "kidnappé" son père pour l'amener à Kigali.

La Belgique, dont Paul Rusesabagina est ressortissant et où il vivait en exil, a estimé qu'il n'a "pas bénéficié d'un procès juste et équitable". Pour la porte-parole du gouvernement rwandais, Yolande Makolo, "justice a(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles