Héritage du prince Philip : sa petite-fille Lady Louise a profité du cadeau de son grand-père pour la première fois

·1 min de lecture

Le prince Philip a rendu son dernier souffle le 9 avril dernier, à l'aube de sa centième année. L'époux d'Elizabeth II a quitté ce monde au terme d'une vie riche, à assumer aux côtés de son épouse, le protocole royal dévolu à la Couronne Britannique. Durant plus de sept décennies, celui qui aura reçu le titre de duc d'Edimbourg, aura accompagné sa reine de coeur. Sitôt le défunt enterré, la question de son héritage s'est posée. Le papa du prince Charles était à la tête d’une fortune colossale. Celle-ci a été estimée à plus de 12 millions d’euros, comprenant principalement des œuvres d’art. Si la reine Elizabeth II est l’héritière principale de son époux, ce dernier a choisi de léguer certains de ses biens à ses petits-enfants.

Comme l'a rapporté le Mirror en avril dernier, Lady Louise Windsor, fille du prince Edward et de Sophie de Wessex, a été désignée pour hériter de plusieurs biens chers aux yeux du prince Philip. La jeune femme, férue d’équitation comme l’était son grand-père, s'est trouvée destinataire d’une calèche que son grand-père a commencé à conduire en 1970.

Le défunt avait enseigné à la jeune fille l’art de la conduite en calèche et avait même participé à la création de ce sport. En 2019, avant de se retirer de la vie publique, le prince Philip était allé voir sa petite-fille prendre des cours de conduite de calèche. La soeur de James a également récupéré Balmoral Nevis et Notlaw Storm, les deux poneys du prince Philip. La jeune fille, qui aura 18 ans en novembre (...)

Lire la suite sur le site de Voici

PHOTO Arthur partage un rare et adorable cliché de ses trois enfants
Madonna poitrine apparente en pleine soirée : la chanteuse partage une folle vidéo sur Instagram
Vaimalama Chaves signe la préface d'un livre très osé sur « la quête de l'orgasme au lit »
Amandine Petit dans Fort Boyard : un membre de Miss France la taquine sur l'épreuve du Saut de l'ange
PHOTO Michel Polnareff victime de son correcteur orthographique, il évoque son « pubis » sur Twitter

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles