Les hérésies glorieuses de Lisa McInerney

Cork. La femme d'un célèbre producteur français y a trouvé la mort en 1996, une veille de Noël tourmentée par les vents violents. Ian Bailey, le meurtrier présumé de Sophie Toscan du Plantier, est toujours sous le coup d'une demande d'extradition à l'initiative de la France. La ressortissante française vivait dans un cadre idyllique, une charmante demeure face à la mer, un peu en hauteur. Une véritable carte postale, déchirée par des ondes noires et grises qui brouillèrent les couleurs lumineuses d'un comté surnommé Rebel County.

Le roman de Lisa McInerney ne cède pas un pouce au cliché de ces gens riches venus se ressourcer dans une nature réputée vivante et salvatrice. Non, il y a chez elle une kyrielle d'hommes et de femmes empêtrés dans les rets d'une vie vorace et méchante. On est chez les nécessiteux, les losers, les junkies, les pas comme nous. Hérésies Glorieuses suinte l'opacité graisseuse, celle qui vous colle aux doigts après un poulet frit mangé dans une gargote dont le nom restaurant est une insulte au bon goût culinaire. On est chez les gangsters, ceux qui tiennent la ville et ceux qui la nettoient.

Une copine de seringue, Georgie

Le big nettoyeur en chef s'appelle Jimmy Phelan. Un enfant, un avorton, devenu un gaillard baraqué de 40 ans que sa mère Maureen regarde avec... En fait, on ne sait pas vraiment. A-t-elle même des regrets cette vieille dame indigne qui tue par accident Robbie O'Donovan, un imbécile de junkie sentimental, alors qu'il pénètre dans sa cui...


Lire la suite sur LeJDD