Hépatites chez les enfants : sur la fragile piste de l'adénovirus AD41

Les autorités américaines privilégient la piste d'un adénovirus pour expliquer les mystérieux cas d'hépatites graves qui touchent les enfants. Mais cette hypothèse reste à prendre avec des pincettes.

Les cas augmentent mais leur cause reste toujours mystérieuse. Au total, 228 cas d'hépatites aiguës ont été signalés à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui continue de recevoir des signalements chez des enfants. En tout, 20 pays sont concernés et une cinquantaine d'autres cas sont en cours d'investigation. La majorité des cas provient d'Europe, principalement au Royaume-Uni, où 74 cas ont été identifiés début avril. Au moins un décès a été rapporté selon l'OMS. Trois autres, survenus en Indonésie, sont en train d'être examinés. Les trois enfants indonésiens, âgés de deux, huit et 11 ans, ont présenté de la fièvre, une jaunisse, des convulsions et une perte de connaissance.

Neuf cas ont également été enregistrés aux Etats-Unis, en Alabama, où les CDC () ont procédé à des analyses sur les patients. Il s'agit, pour le moment, des premiers cas survenus dans le monde, entre novembre 2021 et février 2022. Dans leurs travaux, les autorités américaines laissent entendre que ces cas d'hépatites aiguës seraient dus à un virus, sans pour autant confirmer cette piste. Les dossiers médicaux de l'hôpital Children of Alabama ont été passés en revue afin de trouver des patients reçus après le 1er octobre 2021, avec une hépatite ainsi qu'une infection à adénovirus détectée par PCR sur des échantillons sanguins, sans qu'aucune cause n'ait été déterminée pour l'hépatite. Au total, neuf cas ont été identifiés entre octobre 2021 et février 2022, chez des patients âgés d'environ six ans. Deux d'entre eux ont dû subir une greffe de foie. Les autorités américaines expliquent avoir retrouvé de l'adénovirus de type 41 (AD41) chez cinq patients sur lesquels une PCR a été effectuée.

AD41, Epstein-Barr et autres virus

Or AD41 est connu pour provoquer des gastro-entérites sévères mais pas des hépatites. "L'adénovirus 41 est une piste possible parmi d'autres", explique le Pr François Angoulvant, pédiatre à l'hôpital pour enfants Robert Debré à Paris à Sciences et Avenir. "L'AD41 n'a pas[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles