Hébergement d’urgence : l’exécutif renonce à supprimer des places

Le précédent plan du gouvernement prévoyait une baisse de 5 000 places d'hébergement d'urgence.  - Credit:VALERIE VREL / MAXPPP / PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP
Le précédent plan du gouvernement prévoyait une baisse de 5 000 places d'hébergement d'urgence. - Credit:VALERIE VREL / MAXPPP / PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Le gouvernement renonce à supprimer des places en hébergement d'urgence pour les personnes sans domicile en 2023, comme il le prévoyait jusqu'ici, a annoncé vendredi 28 octobre à l'Agence France-Presse le ministre délégué à la Ville et au Logement Olivier Klein. « Après un gros travail entre le gouvernement et la majorité gouvernementale, on a décidé de réinscrire 40 millions d'euros sur le budget 2023 sur l'hébergement d'urgence. Ça correspond à une stabilisation du nombre de places pour l'année 2023. Donc la baisse qui était annoncée est supprimée », a déclaré le ministre.

Cette annonce intervient alors que jeudi, dix maires socialistes et écologistes de grandes villes avaient dénoncé la fermeture annoncée de places d'hébergement dans une lettre à la Première ministre Élisabeth Borne, jugeant « intolérables » ces « mises à la rue pures et simples ». Cette fermeture avait également fait bondir les associations d'aide aux mal-logés.

Il y aura finalement entre 197 000 et 198 000 places ouvertes en 2023, a promis Olivier Klein. Jusque-là, l'exécutif, qui avait porté à 200 000 le nombre de places en hébergement d'urgence à l'occasion de la pandémie, envisageait dans son projet de budget de ne plus en financer que 193 000 fin 2022 et 186 000 fin 2023.

À LIRE AUSSIOù est passée la stratégie de lutte contre la pauvreté d'Emmanuel Macron ?

Fin de la politique du « thermomètre »

« Dans la situation actuelle, compte tenu notamment de notre volonté de ne pas laisser un e [...] Lire la suite