Hébergement d'urgence, accueil des migrants, habitat insalubre… La rapporteure spéciale de l'ONU accuse la France de violations des droits humains

franceinfo avec Reuters
La juriste canadienne Leilani Farha a passé dix jours dans l'Hexagone pour étudier l'application du droit au logement. Elle souligne, dans son rapport, les paradoxes français.

"Sur le plan du droit, la France est exemplaire, mais elle méprise sa mise en œuvre", résume Leilani Farha. Pour la rapporteure spéciale de l'ONU sur le droit au logement, la France est coupable de violations des droits humains dans sa gestion du logement, en particulier en ce qui concerne les sans-abri. A l'issue d'un séjour de 10 jours en France, au cours de laquelle la juriste canadienne a visité de nombreux campements, squats et logements insalubres, la représentante de l'ONU détaille ce bilan sévère dans un rapport (en anglais) publié vendredi 12 avril.


La France est l'un des rares pays à avoir inscrit dans la loi le droit opposable à un logement (Dalo). Mais elle connaît une augmentation du nombre des personnes sans-abri sur son sol, depuis une dizaine d'années. "En France, le système est tel que de nombreuses personnes n'ont même pas accès aux services d'hébergement d'urgence les plus basiques", note Leilani Farha dans une interview à Reuters, citant notamment l'échec du numéro d'urgence national 115, débordé par le nombre d'appels.

Une "manière cruelle" de traiter les sans-abri

Selon la dernière estimation de l'Insee, en 2014, quelque 140 000 personnes seraient sans domicile (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi