Les gynécologues s'inquiètent du nombre de césariennes

LExpress.fr
Elles concernent plus de 20% des accouchements dans le monde, un taux qui a doublé en quinze ans.

Ils veulent "enrayer l'épidémie mondiale de césariennes". Plusieurs chercheurs et gynécologues ont publié dans la revue médicale britannique The Lancet un état des lieux sur le nombre de césariennes dans le monde, qui a quasiment doublé.  

De 16 millions en 2000, leur nombre est ainsi passé à 29,7 millions en 2015. Soit 21% des accouchements dans le monde, alors que le taux de césariennes nécessaires pour des raisons médicales est estimé entre 10 et 15%. Dans certains pays, un accouchement sur deux est concerné. 

Une pratique de "riches"

L'étude, qui se base sur les chiffres de l'OMS et de l'Unicef, relève des disparités importantes entre les pays. Alors qu'en Afrique sub-saharienne seuls 4,1% des accouchements sont effectués par césarienne, d'autres régions comme l'Amérique latine et les Caraïbes dépassent les 40%. L'Europe occidentale se situe quant à elle dans la moyenne avec 26,9% des naissances par césarienne, soit moins que l'Amérique du Nord (32%), mais plus que l'Asie (18,1%). En France, le taux de césarienne était de 20,4% en 2016, un taux stable depuis 2010. 

LIRE AUSSI >> Accouchement à domicile: entre pro et anti, la perpétuelle incompréhension 

Et selon les chercheurs, dans les pays à bas ou moyens revenus, les femmes les plus aisées ont six fois plus de chance d'accoucher de manière chirurgicale, et ces interventions sont également 1,6 fois plus nombreuses dans les cliniques privées. Au Brésil par exemple, les césariennes concernent plus de la moitié des femmes avec un haut niveau d'éducation, et moins de 20% des femmes moins éduquées. 

Des risques associés

"La forte augmentation des césariennes - pour l'essentiel dans des environnements aisés et sans raison médicale - pose problème à cause des risques associés pour la mère et l'enfant", explique la coordinatrice de l'étude, la professeure Marleen Temmerman. Les chercheurs regrettent ainsi que les jeunes médecins soient "plus équipés et plus confiants dans leurs compétences pour l'accouchement chirurgical que par ...Lire la suite sur L'Express.fr

Les gynécologues s'inquiètent du nombre de césariennes

"Avec la césarienne, j'ai l'impression qu'on m'a volé mon accouchement"

Jeune maman: tous les dons que vous pouvez faire

Comment bien choisir sa maternité?