Gwendoline Hamon : «J’aimerais faire plus de cinéma, mais les gens vous plaquent une image»

Son cher ami Dominique Besnehard , co-fondateur, lui avait proposé de rejoindre son Festival du Film Francophone d’Angoulême il y a deux ans. Mais ça ne s’était pas fait. Finalement, Gwendoline Hamon endosse cette année le rôle de présidente du jury des étudiants. Au jour du lancement de la 15e édition, Paris Match est allé à la rencontre de cette comédienne touche-à-tout et terre-à-terre. Paris Match. Comment ça va ?Gwendoline Hamon. J’ai une chance inouïe d’être ici. D’abord je ne connais pas cette ville, que j’ai trouvée sublime en arrivant. Et puis je suis ravie d’avoir la chance de voir en quelques jours dix des meilleurs films francophones. Comment vous êtes-vous retrouvée dans ce rôle de présidente du jury ?C’est Dominique Besnehard, que je connais depuis des décennies, qui m’a proposé d’être présidente du jury étudiant. En dehors du fait que ça m’intéressait, c’est un homme que j’aime beaucoup et depuis très longtemps, pour mille raisons que beaucoup connaissent, mais aussi par