Guyane: Nouvelle proposition gouvernementale, le dialogue reprend

Le gouvernement a soumis un nouveau protocole d'accord dans le cadre des négociations destinées à trouver une issue à la crise qui paralyse la Guyane française, indique mercredi la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts (photo) dans un communiqué. /Photo prise le 3 avril 2017/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a soumis un nouveau protocole d'accord dans le cadre des négociations destinées à trouver une issue à la crise qui paralyse la Guyane française, indique mercredi la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts dans un communiqué.

"Le gouvernement prend acte avec satisfaction de la volonté du collectif 'Pou Lagwiyann Dékolé', des socioprofessionnels et des élus de poursuivre le dialogue en vue d'une sortie de crise en Guyane", peut-on lire dans ce document.

Ce collectif a remis lundi "une proposition de protocole d'accord complétée et actualisée par rapport à la version proposée par le gouvernement le 2 avril", qui avait été refusée par les acteurs locaux du conflit social.

Le gouvernement s'est fondé sur ce document pour établir une contre-proposition et ce nouveau texte "a été remis hier (mardi, ndlr) au préfet, chargé de le présenter à l'ensemble des parties prenantes: collectif, socioprofessionnels et élus", indique Ericka Bareigts dans son communiqué.

Le nouveau projet d'accord "prend acte" du plan d'urgence gouvernemental pour la Guyane, à hauteur de 1,1 milliard d'euros présenté au début du mois et qui prévoit notamment des mesures en faveur de la sécurité, de l'éducation, de la santé, ainsi que de l'aide aux entreprises.

Ce texte "prend aussi acte de la demande de mesures supplémentaires formulées par les élus et le Collectif à hauteur de 2,1 milliards d'euros et de l'engagement de l'Etat à ce qu'elles fassent l'objet d'un examen prioritaire dans le cadre de la procédure d'élaboration du plan de convergence pour la Guyane, prévue par la loi 'Egalité réelle Outre-mer'", précise la ministre.

Les désaccords entre le collectif et les autorités s'étaient cristallisés sur la mobilisation de fonds supplémentaires, le Premier ministre Bernard Cazeneuve ayant notamment qualifié d'"irréaliste" le montant de l'aide réclamée.

Ericka Bareigts, qui souhaite que les organisateurs du mouvement "saisissent (la) proposition d'accord" du gouvernement, appelle également à une levée des barrages afin "que la vie économique guyanaise reprenne son cours normal le plus rapidement possible".

(Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages