Guyane, Martinique, Guadeloupe... Coup de force de la gauche en Outre-mer au second tour des législatives

Un indépendantiste élu ce dimanche 7 juillet en Nouvelle-Calédonie, la gauche qui a raflé la mise dès samedi en Guyane, Martinique et Guadeloupe, où les ambitions du RN ont été contrecarrées: les Ultramarins français étaient appelés aux urnes pour le second tour des élection législatives anticipées.

Découvrez les résultats et les enseignements à tirer de ce scrutin outre-mer.

La Nouvelle-Calédonie envoie un indépendantiste à l'Assemblée

Emmanuel Tjibaou est devenu ce dimanche le premier indépendantiste élu député depuis 1986. Novice en politique, l'homme de 48 ans a conforté son avance du premier tour dans la seconde circonscription et l'emporte finalement avec 57,44% des scrutins et 13.404 voix d'avance sur Alcide Ponga, non-indépendantiste LR. Le nouveau député devrait siéger parmi les députés soutenus par le Nouveau Front populaire.

Emmanuel est le fils de l'emblématique leader kanak Jean-Marie Tjibaou, assassiné en 1989. Son frère Joël a été mis en examen et placé en détention provisoire en juin pour son rôle soupçonné dans les émeutes que connaît "le Caillou" depuis mi-mai.

Dans la 1er circonscription, qui inclut Nouméa, le député loyaliste Nicolas Metzdorf (DVD), rapporteur du projet de loi constitutionnelle sur le dégel du corps électoral dont l'examen à l'Assemblée a déclenché les violences, s'est imposé (52,41%) contre l'indépendantiste Omayra Naisseline, un score plus serré qu'attendu.

Dans Nouméa, de loin la ville la plus peuplée du territoire, Nicolas Metzdorf a obtenu 72,62% des voix. Âgé de 36 ans, il était député sortant de la seconde circonscription mais avait choisi de se présenter dans la première, réputée imperdable, pour cette élection. Comme partout en France, mais de façon plus marquée encore, la participation a été haute, s'établissant à 71,35%, un niveau jamais atteint depuis 1981 pour une élection législative.

Déconvenue pour le RN en Guadeloupe

Les députés sortants ont été reconduits dans les quatre circonscriptions guadeloupéennes, face notamment aux deux candidats du Rassemblement national, qui avaient réalisé une percée en se qualifiant pour le second tour.

Respectivement battus par les deux sortants DVG Christian Baptiste (72,38%) et Max Mathiasin (69,15%), Laurent Petit (RN) enregistre 27,62% des voix et Rody Tolassy, tête d'affiche locale du RN, 30,85%.

Le député LIOT sortant Olivier Serva, candidat divers gauche, l'a emporté avec 77,59% des voix et Elie Califer (PS) avec 71,09%. Le taux de participation est de 34,67%, en forte hausse par rapport à 2022 (28%).

Guyane: carton plein à gauche

Les deux députés sortants de Guyane, soutenus par le Nouveau Front populaire, ont été réélus. Le régionaliste Jean-Victor Castor l'a emporté dans la 1ère circonscription avec le score confortable de 76,11% des suffrages exprimés face à un candidat sans étiquette, Boris Chong-Sit.

Dans la seconde circonscription, le président sortant de la délégation aux outre-mer à l'Assemblée nationale Davy Rimane a été réélu alors qu'il était seul en lice après le désistement de la candidate sans étiquette arrivée en deuxième position, Sophie Charles. La participation définitive est de 24,98%.

Martinique: le NFP remporte la mise, avec une surprise

La candidate socialiste Béatrice Bellay a créé la surprise dans la 3e circonscription en l'emportant (54,53%) contre le sortant Johnny Hajjar, arrivé en tête au 1er tour pour le NFP. Ce n'est que la deuxième fois depuis 1988 et l'élection d'Aimé Césaire que cette circonscription échappe au Parti progressiste martiniquais (PPM).

Le député sortant Jean-Philippe Nilor (Nouveau Front populaire) a écrasé (86,58%) le duel qui l'opposait à un adversaire RN. Déjà largement en tête au 1er tour, il lui manquait toutefois d'avoir franchi la barre des 25% des inscrits pour se qualifier d'emblée.

Dans les première et seconde circonscriptions, les sortants Jiovanny William (81,97%) et Marcellin Nadeau (65,68%), sont arrivés confortablement en tête sous la bannière du NFP.

Polynésie: les autonomistes gagnent du terrain

Dans le vaste territoire du Pacifique, les législatives ont opposé les autonomistes aux indépendantistes, candidats sortants dans les trois circonscriptions.

Dans la 3e, l'indépendantiste Merena Reid Arbelot a sauvé son siège d'une courte tête (50,87%) face à l'épouse de l'ancien président Gaston Flosse, Pascale Haiti-Flosse.

Le candidat autonomiste Nicole Sanquer remporte la 2e circonscription (55,88%) au détriment du sortant Steve Chailloux.

Dans la 1ère, l'autonomiste de centre-droit Moerani Frébault a été élu dès le premier tour avec 54% des voix, devant le député sortant indépendantiste Tematai Le Gayic (35%).

Article original publié sur BFMTV.com