Guyane : les Amérindiens se disent oubliés par la France

France 2

Cinquante minutes de pirogue en pleine forêt amazonienne sur le fleuve Oyapock pour arriver à Trois Palétuviers (Guyane) dans un village

amérindien. Il y a 185 habitants et la plupart des familles ont le même nom : Martin. C'est le patronyme que leur ont donné les colons au 18e siècle. Aujourd'hui, ces Amérindiens vivent principalement de l'agriculture, et Mathilde, elle, est chamane. "Ces plantes, je les donne à ceux qui veulent chasser les mauvais esprits", explique-t-elle.

L'électricité 24 heures sur 24

À dix mètres de là, une toute autre ambiance, malgré la grève qui paralyse la Guyane, le directeur de l'école a réuni quelques élèves. Chacun d'entre eux a récupéré sa tablette informatique. Et ce matin, tous parlent de la conversation qu'ils ont eue avec l'astronaute actuellement en orbite Thomas Pesquet. Une ouverture sur le monde pour ces enfants qui pourront faire le choix éclairé de choisir leur vie future. Antoinette a choisi de rester au village. Cette mère de sept enfants suit avec attention les négociations qui se déroulent à Cayenne. Parce que toute branchée qu'elle est avec l'espace, l'école n'a pas l'électricité toute la journée. Cela coûterait 15 000 euros par mois à l'État français. Emerson Martin se sent "un peu oublié par la France".

Retrouvez cet article sur Francetv info

Sans-abri : la Fondation Abbé Pierre "veut que les candidats s'engagent à peine élus"
La Fondation Abbé-Pierre dévoile un plan "zéro SDF" dans les villes d'ici dix ans
Les habitants des régions rurales et viticoles seraient davantage exposés au risque de maladie de Parkinson
Crise en Guyane : il est "temps" que François Hollande entre dans la négociation
Le décryptage éco. La victoire historique des syndicats réformistes en France

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages