Guyane : "Nous sommes les élus, les enfants de la République, nous souhaitons un ministre à nos côtés"

franceinfo
Les Guyanais souhaitent la venue du gouvernement

Les 37 syndicats réunis au sein de l'Union des travailleurs guyanais (UTG) ont appelé à la grève générale illimitée à partir de lundi 27 mars pour protester contre les conditions de vie en Guyane.

David Riché, maire de Roura (commune dans le nord du département) et président de l'association des maires de Guyane (AMG) s'est indigné des propos de la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts dimanche 26 mars sur franceinfo. La ministre a annoncé qu'"on pourra aller en Guyane quand les conditions seront réunies et que les choses auront bien avancé".

franceinfo : Comment réagissez-vous aux propos de la ministre des Outre-mer ?

David Riché : Nous souhaitons avoir un ministre à nos côtés. L'association des maires de Guyane a demandé par courrier à François Hollande la venue d'un ministre. Aujourd'hui, une délégation de hauts fonctionnaires est juste envoyée. La ministre des Outre-mer dit que c'est le temps du dialogue mais le temps du dialogue était avant. Il n'est plus temps de faire un diagnostic, d'écouter ici et là les demandes. Le gouvernement les connaît, nous les avons faites remonter depuis longtemps. Cela se traduit aujourd'hui par ce grand mouvement que connaît la Guyane. La ministre ne veut toujours pas entendre qu'il faut envoyer un ou des ministres, ou le Premier ministre, et pourquoi pas, le président de la République. Il n'y a plus de temps à perdre, la Guyane est en état d'urgence. Nous sommes des élus, des enfants de la République.

Nous avons besoin d'être entendus et reconnus.

David Riché, président de l'association des maires de Guyane

à franceinfo

Nous n'avons pas l'impression d'être écoutés comme en Métropole. Imaginez une région complètement fermée, avec des routes bloquées, à Bordeaux par exemple, vous pensez qu'un ministre ne se serait pas déplacé ? Qu'on aurait envoyé un ancien préfet ?

Vous sentez-vous abandonnés ?

Bien sûr. L'insécurité est partout, dans nos (...) Lire la suite sur Francetv info

Crise sociale : Air France annule ses vols vers la Guyane dimanche et lundi
Guyane : la grève maintenue malgré l'arrivée de la mission interministérielle
Crise en Guyane : "Nous ne sommes pas des espèces de petits îlots protégés de tout"
Guyane: Ericka Bareigts remet une éventuelle visite au moment où "les conditions seront réunies"
Crise sociale en Guyane : la situation dimanche matin [Synthèse]

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages