Guy Bedos mort, cet éloge funèbre de Pierre Desproges refait surface

Louise Wessbecher

GUY BEDOS - “Aujourd’hui te voici comme un langui Guy, te voici emballé dans ce suaire où tu parais plus grand couché qu’accroupi et ma voix émue mue de te savoir si mou.” L’humour de Pierre Desproges prend forcément, ce jeudi 28 mai, une tout autre profondeur alors qu’on a appris la mort de Guy Bedos.

L’humoriste et acteur est décédé à l’âge de 85 ans, a annoncé son fils Nicolas Bedos sur Twitter. Et tandis que les hommages du monde du spectacle et du cinéma se font nombreux pour le héros de “Un éléphant ça trompe énormément” et “Nous irons tous au paradis”, c’est un éloge funèbre bien particulier qui refait surface.

En janvier 1986, alors que Guy Bedos avait réuni tous ses camarades de scène pour fêter ses 20 ans de carrière lors d’une soirée intitulée “Ma plus belle histoire d’humour” diffusée sur Antenne 2, son “grand ami” Pierre Desproges s’était plié à l’exercice sous ses yeux. Le sketch de 5 minutes, “de l’humour au 10e degré” décrivait après coup Guy Bedos, avait fait pleurer de rire les invités du soir. 34 ans plus tard, la séquence prend un autre sens, mais ne trahit en rien ce qu’était l’humoriste.

 

“Guy Bedos n’est plus. La France perd le meilleur de ses fils et la rampe le meilleur de ses feux. Que dire du désarroi qui nous broie et de la douleur qui nous noue sinon quand nos cœurs l’un et l’autre cohabitent, pour reprendre le cri d’amour du crapaud”, démarre Pierre Desproges. Avant d’imaginer toutes les unes de presse annonçant la mort de Guy Bedos, de Libération à l’hebdomadaire d’extrême droite Minute “sous la plume d’Adolphe de Croix de Feu”.

“Chouchou de l’intelligentsia cosmopolite de l’Avenue Foch, le pétomane pro-palestinien Guy Bedos, né Bedostein, vient de passer l’arme où ça ? À gauche évidemment !”, poursuit encore Pierre Desproges dans un texte truffé comme à son habitude de jeux de mots parfaits. “Adieu l’artiste, va en paix. Tu peux compter sur moi, je saurai m’occuper de ta veuve et de ton cher public”, termine son grand ami.

La séquence...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post