Guinée: les visites se succèdent au chevet de la famille du jeune tué lors d’une manifestation

En Guinée, les visites se multiplient au chevet de la famille du jeune Thierno Mamadou Diallo, 19 ans, tué par balle, au soir du mercredi 1er juin, à Conakry. C’était lors de heurts entre forces de sécurité et manifestants protestant contre la hausse des prix du carburant. Ce jeune homme pourrait être le premier mort enregistré dans un mouvement de contestation, depuis l’arrivée de la junte au pouvoir.

Avec notre correspondant à Conakry, Mouctar Bah

La justice et la police ont assuré qu'une enquête sera ouverte mais en attendant, c’est une forte délégation de politiques, syndicats et de la société civile qui s’est rendu, vendredi 3 juin, au domicile de la famille éplorée.

Soutien et condoléances

Emotion, tristesse et regret. C'est l'ambiance qui règne au domicile familial du jeune Thierno Mamadou Diallo, assassiné mercredi soir. La délégation, composée de leaders de partis politiques, de responsables syndicaux et de la société civile, était là pour témoigner de leur soutien et présenter les condoléances.

« C’est un sentiment de tristesse mélangé à de la révolte que nous ressentons aujourd’hui. Cela est extrêmement regrettable. Je crois qu’aujourd’hui la lutte doit continuer », estime Etienne Soropogui, membre de la délégation.

La lutte doit continuer et Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG déplore cette autre perte en vies humaines : « La vie humaine est devenue tellement banale dans ce pays ! Tuer quelqu’un est devenu tellement banal ! Nous disons que c’est révoltant et c’est choquant ! Nous disons stop. Il faut mettre fin à ça. »

« Les mêmes méthodes »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles