La Guinée tient son référendum constitutionnel malgré la peur du coronavirus

Martin Mateso

Après avoir été reporté le 16 mars en raison du climat de tension extrême qui régnait dans le pays, le compte à rebours est de nouveau enclenché pour le double scrutin législatif et constitutionnel du 22 mars 2020. Pas question d'un nouveau report ont fait savoir les autorités guinéennes, malgré la crise du coronavirus.

"C'est inhumain"

Comme la plupart des pays africains, la Guinée a annoncé une série de mesures destinées à lutter contre la propagation du coronavirus dans le pays. Ces mesures ordonnées par le chef de l'Etat en personne entreront en vigueur dès le 21 mars à minuit. Mais elles n'empêcheront pas les Guinéens de se rendre aux urnes pour élire leur députés et se prononcer sur le projet d'une nouvelle Constitution à laquelle tient le président Alpha Condé. "C'est inhumain", dénonce l'opposition guinéenne.

Alors que tous les pays africains ferment écoles, lieux de culte et interdisent les regroupements, Alpha Condé maintient son double scrutin et expose les Guinéens à la pandémie. C'est inhumain

Cellou Dalein Diallo, chef de file de l'opposition guinéenne

Sur son compte Twitter

Les autorités guinéennes balayent ces inquiétudes et rassurent les Guinéens et la communauté internationale. A ce stade, affirme le ministre de l'Information, Amara Somparé, l'épidémie est sous contrôle. Il rappelle qu'une série de mesures sanitaires ont été prises. Elles concernent notamment l'espacement des électeurs (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi