Guinée : ce qu'il faut comprendre de l'affaire Beny Steinmetz

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
Une partie importante de l'activité du groupe BSRG était conduite à l'époque depuis Genève, où Beny Steinmetz était par ailleurs domicilié. 
Une partie importante de l'activité du groupe BSRG était conduite à l'époque depuis Genève, où Beny Steinmetz était par ailleurs domicilié.

C'est un procès hors norme qui s'ouvre ce lundi 11 janvier à Genève. Celui du magnat franco-israélien Beny Steinmetz, sexagénaire au regard bleu acier né en Israël en 1956. Depuis sept ans, son affaire occupe les policiers des États-Unis à la Guinée, en passant par Israël. Même le FBI et la CIA ont été mobilisés. Aujourd'hui, le Ministère public suisse l'accuse d'avoir fait verser, via des comptes suisses, d'importants pots-de-vin en échange de droits miniers, notamment sur le plus grand gisement inexploité de fer au monde, Simandou, situé dans le sud de la Guinée. L'audience, qui se tient devant le tribunal correctionnel de Genève, doit durer une semaine, mais le verdict ne sera rendu que dans deux semaines.

Lire aussi Un milliardaire franco-israélien, la Guinée, la Suisse et Nicolas Sarkozy

« L'affaire du siècle »

Tout remonte à la fin des années 2000, lorsque le gouvernement guinéen de l'ancien président Lansana Conté avait déchu, peu avant sa mort en 2008, le groupe anglo-australien Rio Tinto de l'exploitation de l'un des plus importants gisements de fer au monde, à Simandou en Guinée, au profit de la société Beny Steinmetz Group Resources (BSGR). Jusque là, tout allait bien pour ce fils de tailleur de diamants, dont le père, installé vingt ans plus tôt en Palestine, fut l'un des pionniers de l'industrie des gemmes. Héritier de l'entreprise, Beny Steinmetz a fait fructifier l'affaire dans les ressources naturelles et l'immobilier. Sauf qu'en 2010, à la su [...] Lire la suite