Guinée: le procès du 28-Septembre devrait s'ouvrir à la fin du mois

C’est une volonté affichée par les autorités, particulièrement par le président de la Transition, Mamadi Doumbouya. La date est probable, nous dit ce mercredi le procureur général de Conakry.

Depuis 48 heures, une délégation de la Cour pénale internationale est à Conakry pour s’assurer que toutes les conditions, notamment techniques, pour la tenue de ce procès sont réunies.

Mame Mandiaye Niang, procureur adjoint à la CPI, a rencontré le colonel Mamadi Doumbouya. Il est venu visiter le chantier, en cours de finition, du tribunal où doit se tenir le procès du 28 septembre. Et il est plutôt optimiste. « Aujourd’hui, ce que j’ai vu confirme vraiment une avancée extrêmement significative. Je pense pouvoir retourner et dire avec confiance que ce premier défi, qui est un défi logistique, est sur le point d’être remporté. Depuis l’instruction, à petits pas, jusqu’à ce qu’on aboutisse maintenant à ce qui est, à mon avis, la dernière ligne droite, surtout avec la volonté aussi d’accompagner l’effort national de rendre justice à des Guinéens par des Guinéens. Et en fonction des difficultés qui vont se présenter, il va falloir les régler au fur et à mesure. Mais pour nous, dans la symbolique, il était extrêmement important d’ouvrir ce procès. »

Quant à la date du 26, indique-t-il, « peut-être pourra-t-elle être réajustée. C’est une indication. L’indication forte, c’était que le procès se tienne au plus tard à la date d’anniversaire ».

► À lire aussi : Procès du 28-Septembre en Guinée: «C'est le devoir de l'État d'assurer la protection des victimes»


Lire la suite sur RFI