Guinée : le président Alpha Condé organise un référendum constitutionnel très controversé

Martin Mateso

Le coup d'envoi de la campagne des législatives et du référendum constitutionnel du 1er mars 2020 en Guinée a été donné à Conakry. Le président Guinéen, Alpha Condé, le rappelle à qui veut l’entendre : "Personne ne dicte à la Guinée ce qu’elle doit faire… Mon pays a une tradition d’indépendance depuis 1958. Il a l’habitude de prendre ses décisions. Je m’occupe de ce que le peuple guinéen pense. S’il dit non au référendum, je m’incline. S’il dit oui, j’applique", a-t-il martelé dans une interview accordée à RFI et France 24 en marge du sommet de l’Union africaine, le 10 février à Addis-Abeba. Le référendum tant décrié par ses adversaires aura donc bien lieu le 1er mars. Et il n’a que faire de ceux qui l’accusent de vouloir en profiter pour se représenter à la présidentielle d’octobre 2020 pour un troisième mandat.

La question que je me pose, c'est que vous avez des présidents qui ont fait quatre, cinq, voire six mandats et que vous trouvez cela normal. Mais dès qu'il s'agit de la Guinée, ça devient un scandale

Alpha Condé, président de la Guinée

à RFI/France24

A 81 ans, et après plus de neuf ans au pouvoir, Alpha Condé n’exclut pas de solliciter un troisième mandat, qui lui est constitutionnellement interdit. En effet, l’actuelle Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels en Guinée. Le référendum (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi