Guinée: comment lutter contre les inégalités de genre liées à l’abandon scolaire?

© RFI/Coralie Pierret

Le continent africain compte le plus de locuteurs français dans le monde et le nombre croît le plus rapidement. Au sommet de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) le 20 novembre, la question des inégalités de genre a été abordée lors d'une table ronde. En Guinée, les hommes sont toujours loin devant les femmes en ce qui concerne la maîtrise du français.

Avec notre correspondant à Conakry, Matthias Raynal

Dans cette école primaire de Conakry, six classes, plus de 260 élèves et parmi eux beaucoup de filles. Ibrahim Barry, directeur communal de l’éducation de Matam : « Nous avons des initiatives nous permettant réellement de booster ces jeunes filles pour leur permettre de se hisser comme les hommes. »

Saa Lélano est le maître d’école : « En élémentaire, les filles sont les plus nombreuses. Mais au fur et à mesure que les enfants évoluent dans les études, les filles abandonnent parfois les classes pour apprendre des métiers et faire autre chose. »

La réussite scolaire passe par l’apprentissage du français, langue officielle de l’administration et de l’enseignement en Guinée. Le directeur communal de l’éducation, Ibrahim Barry explique que dans le système éducatif à Matam, des clubs de lecture ont été instaurés : « Ces clubs de lecture sont dans chaque école. Nous avons donné la priorité à l’inscription dans ces clubs de lecture aux jeunes filles. Cela leur permettra d’apprendre la langue française, de la maîtriser. Et dès que la maîtrise est là, la jeune fille a tout de suite le courage de continuer. » Si les hommes sont bien plus nombreux à parler et lire le français que les femmes en Guinée, chez les jeunes l’écart se réduit légèrement.


Lire la suite sur RFI