Guinée: le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya investi président

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya est officiellement président de la République de Guinée, depuis vendredi 1er octobre. Le putschiste qui a renversé Alpha Condé il y a un mois a prêté serment à Conakry devant la Cour suprême. Plusieurs diplomates étrangers étaient présents. En revanche, les chefs d’État, notamment ceux de la Cédéao, ont boudé la cérémonie, à l’exception du Mali.

Avec notre envoyé spécial à Conakry, Sidy Yansané

C’est vêtu de son uniforme beige et de ses inséparables lunettes noires que le colonel Mamady Doumbouya a été investi président dans l’enceinte du palais Mohamed V. La cérémonie s’est déroulée devant les ambassadeurs et les représentants des nations étrangères, telles que la Russie, la Chine, les États-Unis et la France. Aucun chef d’État n’a fait le déplacement, mais le Mali également dirigé par une junte putschiste sanctionnée par la Cédéao, a envoyé Malick Diaw, président du Conseil national de transition.

« Le peuple de Guinée a franchi un épisode décisif de son histoire »

Avant la prestation de serment, le président de la Cour suprême Mamadou Sylla a insisté auprès du nouveau chef de l’État pour qu'il évite les erreurs commises par son prédécesseur Alpha Condé : « Le peuple de Guinée a franchi un épisode décisif de son histoire qui n'autorise plus la gestion solitaire de la chose publique dans le secret d'un cabinet par des dirigeants qui n'auraient pas de comptes à rendre au peuple. »

Les grands axes de la transition ont été rappelé par le président Doumbouya : une nouvelle constitution ou encore la réforme du système électoral et du fichier. Il a aussi répété qu’aucun membre de la transition ne pourra se présenter aux futures élections.

Enfin le chef de l'État guinéen a insisté sur la lutte contre l’impunité, le grand fléau guinéen : « L'indépendance et l'impartialité de la justice constitue un impératif afin d'instaurer la crédibilité de notre État et de recréer la confiance des citoyens envers l'institution judiciaire qui a en réalité besoin d'une véritable renaissance. »

En début de soirée, et pour la première fois en tant que président, Mamady Doumbouya a donné une allocution télévisée pour la célébration de la fête nationale ce samedi 2 octobre, « placée sous le signe de l’espérance et du rassemblement ».

►À écouter aussi : Le débat africain - Quelle transition en Guinée ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles