Guinée: des heurts en marge d’une manifestation interdite du FNDC

La capitale guinéenne Conakry tournait, ce jeudi matin 28 juillet, au ralenti. Le FNDC, le Front national pour la défense de la Constitution, créé en novembre 2019 contre un troisième mandat de l’ex-président Alpha Condé, a appelé à une marche pacifique pour exiger plus de transparence dans la gestion de la transition. Un rassemblement non autorisé par les autorités guinéennes.

Avec notre correspondant à Conakry, Mouctar Bah

Annoncée pour ce jeudi, la manifestation du FNDC a perturbé le sommeil des forces de l’ordre qui ont veillé toute la nuit pour mettre en place un impressionnant dispositif sécuritaire. Des gendarmes et des policiers ont été déployés sur les grandes artères et carrefours, notamment dans la grande banlieue dortoir de Conakry.

À Hamdallaye, Bambéto, Cosa, Wanindara, Sonfonia et sur tout le long de l’autoroute Le Prince, épicentre des contestations contre les violations des droits de l’homme, des agents casqués et munis de lance-grenades lacrymogènes ont observé les mouvements de la population. Ils n’ont pas hésité à descendre de leurs pick-up pour disperser tout attroupement suspect.

Des jeunes par petits groupes ont tenté de violer cette interdiction de manifester, mais, ont été rapidement dispersés par des policiers à l’aide de gaz lacrymogène. Ils se sont alors repliés sur la route Le Prince, qui relie les périphéries du centre-ville où ils ont affronté d’autres agents en lançant des pierres. Ceux-ci ont à leur tour utilisé des gaz lacrymogènes et des matraques pour tenter de disperser les manifestants sans succès.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles