Publicité

Guinée: les forces de l'ordre répriment une manifestation de sinistrés de l'explosion de Coronthie

Le principal site de stockage de carburants du pays, situé au quartier Coronthie, dans le centre-ville de la capitale, a explosé il y a cent jours, ce 28 mars, pour des raisons toujours non élucidées. Les sinistrés les plus gravement touchés étaient dans la rue pour dénoncer l'absence d'assistance de la part des autorités guinéennes.

C'est peu avant l'aube que plusieurs femmes victimes de l'explosion du dépôt d'hydrocarbures de Coronthie ont protesté et dressé des barricades à Kaloum, le centre-ville de Conakry. Une manifestation brutalement réprimée par les forces de l'ordre à coups de gaz lacrymogène et d'arrestations, selon la presse locale.

Ces sinistrés, qui représentent environ 150 ménages, dénonçaient l'inaction de l'État, affirmant qu'aucune mesure de soutien n'a été mis en place pour les reloger. Ils expliquent dormir à la belle étoile depuis le drame ou chez de la famille en haute banlieue, ce qui encourage le chômage et le décrochage scolaire.

Le président du comité des sinistrés, Mamoudou Cifo Kè Touré, signale également que les victimes n'ont jamais bénéficié des dons qui leur étaient destinés :

L'inquiétude des sinistrés ne cesse de s'accentuer à l'approche de la saison des pluies.

Malgré plusieurs tentatives, RFI n'est pas parvenu à joindre le gouvernement guinéen pour une réponse.


Lire la suite sur RFI